Témoignages


Je pratique la marche XIXIHU, une fois par semaine, et un peu chez moi quand j'en sens le besoin. Et depuis je n'ai pas été malade.

De plus, étant asthmatiforme, cela me fait du bien au niveau pulmonaire, j'ai plus de souffle et donc j'ai pu diminuer mon traitement.

Odile F.


À la recherche d’une méditation “moins statique ”, Anne m’a proposé le XiXiHu . 
Immédiatement j’ai été séduite par cette marche . Marche qui change tout au long de la séance et sur laquelle on pose différentes respirations. Au départ avec notre volonté de tout expliquer , tout comprendre , notre soucis de réussite on cherche à “bien faire “ , mais là n’est pas l’important, et peu à peu au fil des séances on lâche  prise  et c’est notre corps qui nous guide . 
Cette marche me permet de me focaliser sur l’instant présent , mon esprit  porté par la marche et la respiration associée , peu à peu se calme . 
Nous arrivons chacun avec notre problématique mais au fur et à mesure une sorte de convergence s’opère et nous marchons et respirons à l’unisson , ce qui rend encore plus puissante cette marche . 
Il y a toujours un avant et un après chaque séance , notre état physique et mental est différent , apaisé, serein . Mais chaque séance est différente  , notre esprit , notre volonté ne sont plus aux manettes , ce sont notre corps , nos sensations, nos émotions qui nous guident , portés par la voix et la bienveillance de Anne . 
Sans forcément bien se connaître , avec le groupe nous sommes à l’unisson , renforçant ainsi nos propres émotions , sensations et celles des autres dans une notion de partage.
Dominique B.

J'ai commencé le XIXIHU depuis trois ans de manière ponctuelle la première année, lors de stages puis régulièrement lors de la mise en place de deux séances hebdomadaires depuis deux ans.

Au fil des pratiques j'ai pu constater un bienfait constant sur ma santé ainsi que sur la libération de mes articulations chevilles, pieds, mains qui étaient assez rigides voire bloquées dans certaines parties à cause d'une polyarthrite rhumatoïde. Mon parcours médical a débouché sur une stabilisation des symptômes, mais le corps a la mémoire de la douleur et défait difficilement ce que nous mettons en place pour moins souffrir.

 Les différentes marches obligent à rester concentré sur chaque détail de la posture, nous apprend à ressentir comment le corps permet le mouvement, l'équilibre, et rester attentif aux sensations de chaque partie mobilisée pour que le mouvement se fasse. On peut donc par ce biais mieux prendre conscience de ses limites et respectueusement expérimenter à son rythme d'aller un peu plus loin dans la souplesse, le développé, l'appui, l'ancrage etc... au fur et à mesure que l'on pratique on vit une multitude d'expériences sur ce qu'on est capable de faire quand on se déplace, comment on se déplace. D'une certaine manière on se réapproprie notre corps dans l'harmonie du souffle -très important travail sur la respiration - et sur l'aspect holistique de notre être en portant la conscience sur les organes et la pensée mobilisée à cette présence à soi-même est une parenthèse  bénéfique.

Quand je fais la marche méditative je me sens vivante, pleine d'énergie qui circule et qui me donne envie de faire plein de choses. Je me sens énergique et calme. Je prends soin de moi et personne ne peut le faire à ma place.

Dominique C.


La répétition d'un même geste, d'une même pratique, encore et encore fait que le corps intègre, puis, petit à petit sans aucun effort de mémoire, la fluidité s'installe.  Je fais et je suis dans mes sensations.

La pratique du XIXIHU me transporte dans un monde multicolore, la rythmique éclate en un feu d'artifice, les 7 couleurs de l'arc-en-ciel se mélangent en une danse des couleurs qui me conduit à une réharmonisation intérieure. Je suis reposée, apaisée et ressourcée.

Cathy V.


L'avantage de pratiquer quotidiennement je dirais que cela revient à laisser la main à l'intelligence du corps.
Vivre avec attention ce qui se passe quand on fait chaque mouvement, chaque respiration, c'est très émouvant de sentir, juste sentir, tout ce qui se passe. Etre dans  la présence de notre être totalement. En fait, on s'incarne vraiment avec douceur, avec légèreté, avec subtilité avec amour. 
C'est difficile à reformuler avec la pensée du coup. 
Mais je dirais aussi que c'est une réhabilitaion du corps dans ce qu'il nous limite, une réconciliation.
J'apprécie de plus en plus ce rendez-vous avec moi.
Dominque C.